Hellas, le site sur la Grèce antique et moderne.

 
 
Mythes
 
 
 
Quotidien
 
 
La cité
 
 
Loisirs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Délos

Présentation
Une île minuscule (3,5 km²), aride, inhabitée depuis longtemps fût une des plus importante cité de l'Antiquité. Les pentes sont douces et la colline Kynthos ne dépasse pas 113 m.

Elle se situe en face de l'île de Rhénée, (14 km², inhabitée) et proche de Mykonos, riche en hébergements.

Délos a joué un rôle considérable, tant sur le plan commercial que religieux et son rayonnement a connu son apogée sur le plan religieux au VIe siècle av. J.-C.

Le port a toujours été très médiocre et, dès que les vents se lèvent, l'île est inaccessible.

Un peu de mythologie et d'histoire
Les premiers habitants de ces îles seraient les Cariens venant de l'Asie Mineure (3.000 ans av. J.-C.) suivis des Mycéniens et Ioniens. Ils habitent au sommet de la colline Kynthos.

Selon la mythologie, Léto aurait été séduite par Zeus (comme tant d'autres…) Héra, épouse farouchement jalouse de Zeus, apprenant la grossesse de Léto menace de représailles sévères toute cité qui recevrait Léto pour l'accouchement. Léto erre désespérée et Zeus fait appel à Poséidon. Celui-ci, d'un coup de trident sur la mer, fait sortir de l'eau deux rochers plats (Délos et Rhénée) où Léto trouve refuge. Elle souffre encore neuf nuits avant que Ilithia, déesse des naissances, retenue par Héra, puisse venir l'aider. Elle est également assistée par Iris, déesse de la Lumière qui inspirera le nom de Délos « l'éclatante ». Léto met enfin au monde Apollon, dieu de la beauté, et Artémis, déesse de la chasse.

Dès le VIIIe siècle av. J.-C., des fêtes somptueuses avec des hymnes et des compétitions sportives en l'honneur d'Apollon sont organisées sur l'île.

Pendant les VIIe et VIe siècle av. J.-C., les monuments historiques édifiés sur Délos sont très nombreux comme les Lions de Délos, le Colosse d'Apollon, la galerie de Naxos et la statue de Nikandra, offrande à Artémis.

Vers 540 av. J.-C., le tyran Pisistrate d'Athènes ordonne la « purification » de l'île sacrée en déportant sur l'île voisine de Rhénée les sépultures, les personnes âgées ou malades.

En 478 av. J.-C. se forme la confédération de Délos : c'est le nom que les historiens modernes donne à l'alliance que formèrent les cités grecques en 478 pour lutter contre les Perses, après que ceux-ci eurent été refoulés en Grèce. Lors de la défaite des forces perses, s'instaure le traité de Délos, cette île devient l'alliée d'Athènes et le trésor de la Ligue lui est confié. Mais elle ne tardera pas à passer sous sa domination et de nombreux trésors culturels de Délos sont transférés à Athènes en 454 av. J.-C.

Pendant la guerre du Péloponnèse une épidémie se déclare sur Athènes qu'on attribue à la colère d'Apollon. Athènes décide à nouveau, en 426 av. J.-C., une purification de l'île de Délos en éloignant sur l'île voisine les tombeaux, les personnes prêtes à mourir et les femmes enceintes puisque dans l'esprit de cette purification il était interdit de mourir et naître sur l'île de Délos.

En 422 av. J.-C., Athènes ordonne l'expulsion de tous les habitants permanents et organise tous les quatre ans, des fêtes déliennes. Ces pèlerinages sont accompagnés de danses et de concours sportifs et culturels. Ils sont accompagnés d'échanges commerciaux. Sous l'influence des Macédoniens l'île garde son coté religieux mais le commerce devient prépondérant et la population remonte à 25 000 habitants. Les échanges portent sur les céréales, l'huile, le vin, le bois et les esclaves. Pour accueillir ces commerçants venus de toute la Méditerranée, des temples dédiés aux dieux étrangers, égyptiens, syriens, phéniciens, sont construits au dessus de la cité.

Les Romains cèdent le Temple d'Apollon aux Athéniens, proclament le port de Délos comme un port franc en 166 av. J.-C.

Le déclin commence en 88 av. J.-C. : le roi Mithridate, en guerre contre Rome, fait une incursion éclair sur Délos, décime la population et détruit tout sur son passage. Les pèlerinages disparaissent progressivement et les pirates rendent les routes commerciales peu sûres.

L'île devient chrétienne au IVe siècle mais est abandonnée au VIIe siècle. En 1329 s'installent sur l'île quelques Grecs venant d'Épire ou des chevaliers venant de Malte et pendant l'occupation turque l'île devint un refuge pour les pirates qui pillent le site.

Depuis 1872, les membres de l'École Archéologique Française, en liaison avec le gouvernement grec, réalisent des fouilles et sauvegardent les trésors culturels de l'île.

Le sanctuaire d'Apollon
Les pèlerins arrivaient à Délos et entraient dans le sanctuaire par un itinéraire similaire aux touristes contemporains. Ils étaient accueillis à l'agora des Compétaliastes, du nom des Compitalia, divinités romaines honorées par les esclaves et les affranchis. De l'agora des Compétaliastes, la voie processionnaire conduit au sanctuaire d'Apollon, précédé d'un propylée en ruines. Sur une vaste esplanade subsistent les vestiges de quatre temples consacrés au dieu. Il s'y dressait aussi jadis une colossale statue le représentant, mais qui a subit des dégradations et des tentatives de déplacement multiples. Il ne demeure que le torse et une partie du bassin, une main est conservée au musée local et un pied au British Museum !

Les Lions de Délos
Au Nord du portique d'Antigone s'étend l'agora romaine, avec le Lac Sacré, asséché de nos jours, et la fameuse « Terrasse des Lions » disposés ici pour la protection symbolique du site. Au nombre de neuf au départ il ne reste plus que cinq lions (il s'agirait plus précisément de lionnes) en marbre de Paros, abrités dans le musée de l'île.
Un sixième est visible à Venise.


Le quartier du Théâtre
Au sud-est du port se trouve le quartier le plus luxueux de la ville antique avec les demeures de Dionysos, Cléopâtre et Dioscures. Des mosaïques remarquables ornent le sol des maisons d'époque hellénistique et romaine.

Le théâtre de 5.000 personnes se situe en plein milieu de ces maisons.

L'alimentation en eau potable sur cette île aride a été résolu dans l'Antiquité par d'immenses citernes qui recueillaient l'eau de pluie.

La terrasse des Dieux Étrangers
Sur une terrasse surplombant la ville, et pour répondre aux souhaits des marchands étrangers, sont érigés de petits temples et des salles de réunions. Atargatis, l'Aphrodite syrienne, ainsi que Isis et Sérapis pour les Égyptiens sont vénérés à partir de 200 av av. J.-C.

Tout proche, on trouve aussi les bases d'un temple dédié à Héra, plus ancien, et à bonne distance du temple d'Apollon, dont elle n'avait pas facilité la naissance...

 
 
Moderne
 
   
     
     
 
Les cités
 
   
     
     
 
Troie
 
 
     
     
 
Philo
 
   
     
     
 
Les arts